-cèle

-cèle

-cèle Élément, du gr. kêlê « tumeur » : hématocèle, varicocèle.

⇒-CÈLE, élément suff.
Élément de compos. savant signifiant « tumeur » ou « hernie » entrant dans la formation de termes de méd. (subst. fém.)
A.— Les composés désignent des tumeurs :
bronchocèle. « Dilatation circonscrite d'une bronche »
bubonocèle (empr.). « Tuméfaction formée par la saillie d'une hernie (région de l'aine) et simulant un bubon »
cirsocèle (empr.). « Dilatation variqueuse des veines du scrotum »
empyocèle (gr. , abcès purulent). « Abcès du scrotum, de la tunique vaginale »
galactocèle (gr. , , lait). 1. « Tumeur kystique du sein d'origine inflammatoire ». 2. « Hydrocèle spermatique contenant un liquide laiteux »
gonocèle (gr. , procréation, semence génitale). Synon. de spermatocèle
hématocèle. 1. « Toute tumeur formée par une accumulation de sang ». 2. « Tumeur sanguine du scrotum ou de la région pelvienne »
hydrocèle (empr.). « Accumulation de liquide séreux dans la tunique vaginale normale des testicules »
liparocèle (gr. , gras). « Tumeur bénigne d'origine graisseuse »
orchiocèle. « Tumeur du testicule »
oschéocèle. « Toute tumeur ou tuméfaction des bourses »
ostéocèle. « Tumeur scrotale de consistance osseuse »
physocèle (gr. , soufflet de forge, souffle). « Tumeur ou hernie distendue par des gaz »
pneumatocèle (empr.). « Toute tumeur, tuméfaction ou hernie contenant des gaz »
sarcocèle (empr.). « Toute tumeur ou tuméfaction du testicule ou de l'épididyme »
spermatocèle (gr. , semence). « Dilatation kystique de l'épididyme »
stéatocèle (empr.). « Masse adipeuse localisée dans le scrotum »
urocèle. « Distension des bourses par infiltration d'urine »
varicocèle. « Dilatation variqueuse des veines du cordon spermatique provoquant une tuméfaction »
B.— Les composés désignent des hernies :
colpocèle (gr. , ventre, entrailles). « Descente du vagin en direction de la vulve »
cystocèle (gr. , vessie). « Hernie de la vessie dans le vagin »
diaphragmatocèle. « Hernie des viscères abdominaux à travers le diaphragme »
élytrocèle (gr. , enveloppe). « Hernie d'une portion de l'intestin descendue dans le cul-de-sac de Douglas et faisant saillie dans la cavité du vagin »
encéphalocèle. « Hernie d'une partie du cerveau ou du cervelet à travers une ouverture congénitale ou accidentelle du crâne »
entérocèle (empr.). « Hernie contenant une ou plusieurs anses intestinales »
épigastrocèle. « Hernie située dans la région épigastrique »
épiplocèle (empr.). « Hernie de l'épiloon »
gastrocèle. « Hernie de l'estomac »
glossocèle. « Saillie de la langue hors de la bouche »
hépatocèle. « Hernie d'une partie du foie »
hypogastrocèle. « Hernie située dans la région hypogastrique »
hystérocèle (gr. , matrice). « Hernie de l'utérus. » Synon. métrocèle
iridocèle. « Protrusion (saillie) de l'iris à travers une lésion de la cornée »
ischiocèle. Synon. de hernie ischiatique
kératocèle (gr. , corne). « Hernie de la membrane de Descemet à travers une perte de substance de la cornée »
laparocèle (gr. , qui a le ventre gonflé). « Toute hernie au niveau de la paroi abdominale »
mérocèle (gr. , articulation des jambes [de chameau]). « Hernie crurale »
métrocèle. Synon. de hystérocèle; métr(o)-, préf. indiquant une relation avec l'utérus
myocèle (gr. , , muscle). « Hernie d'un muscle à travers son aponévrose »
néphrocèle. « Hernie du rein »
omphalocèle. Synon. de hernie ombilicale
ophtalmocèle. Synon. de exophtalmie (saillie de l'œil hors de l'orbite)
ovariocèle. « Protrusion de l'ovaire dans la cavité vaginale »
périnéocèle. « Hernie périnéale »
pharyngocèle. « Hernie du pharynx »
pneumocèle. « Hernie du poumon »
proctocèle. « Hernie du rectum »; proct(o)-, préf. indiquant une relation avec le rectum
prostatocèle. « Hernie de la prostate »
splénocèle (gr. , rate). « Hernie de la rate »
trachiocèle. « Hernie de la muqueuse trachéale »
Rem. gén. 1. Vitalité. La liste ci-dessus est faite des termes communs à LITTRÉ et Méd. Biol. t. 1 1970, à l'exclusion des mots formés par la combinaison de ces composés avec un autre élément préf. (comme p. ex. entéro-épiplocèle, épiplo-entérocèle, épiplo-ischiocèle, etc.). Les déf. sont établies d'apr. Méd. Biol. t. 1 1970. Cet ouvrage n'exclut de la nomenclature de LITTRÉ que cyclocèle, épisiocèle, hydratidocèle, scrotocèle. Il n'exprime de réserves que pour bronchocèle « désuet », bubonocèle « peu usité », laparocèle « peu usité », sarcocèle « désuet ». Il comprend en plus de ce qui est commun avec LITTRÉ, une cinquantaine de termes, gén. plus récents. Trois seulement des mots cités dans cet article sont attestés dans le fond littér. XIXe et XXe s. TLF : une hydrocèle (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1884, p. 338); sarcocèle (2 fois en emploi fig.) une sarcocèle politique (FOURIER, Le Nouv. monde industr., 1830, p. 37), un sarcocèle mercantile (ID., ibid., p. 66); varicocèle : faire exempter son domestique pour un varicocèle (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1866, p. 249). 2. Genre. Parmi les mots admis par Ac. 1762 (infra étymol. et hist.), bubonocèle, cirsocèle, sarcocèle, varicocèle sont du masc. Varicocèle passe au fém. ds l'éd. de 1835, bubonocèle ds celle de 1878; sarcocèle est encore masc. ds celle de 1932; cirsocèle est supprimé à partir de 1798. LITTRÉ a tenté d'imposer la norme du fém. pour tous ces mots : bubonocèle, subst. masc. ,,Il serait mieux de faire ce mot féminin comme presque tous ceux qui sont composés avec le nom féminin « tumeur ». Il est toujours loisible de rectifier les erreurs commises à propos d'un nom scientifique, auquel manque l'usage populaire``; cirsocèle, subst. masc. et fém. ,,Il est mieux de faire féminin les mots composés avec « tumeur »``; sarcocèle ,,s. m. (ou plutôt s. f., les noms de cette espèce étant étymologiquement féminins``; varicocèle, subst. fém. ,,Plusieurs le font masc. mais il vaut mieux le faire féminin, suivant l'analyse des mots en -cèle.`` Méd. Biol. t. 1 1970 met uniformément le fém. On notera (supra rem. 1) les hésitations sur le genre dans les rares cas où le mot est attesté dans les textes littéraires.
Étymol. et Hist. 1. -cèle est un élément suff. emprunté au gr. « bosse » dit pour un buffle, un homme bossu, employé de façon précise par les médecins pour désigner une hernie (Hippocrate). Au XVIe s. apparaissent de nombreux empr. : 1538 Canappe : hydrocele [gr. , Galien]; sarcocele [gr. , Galien, Celse]; 1549 Tagault : bubonocele [gr. , Galien]; cirsocele [gr. , Galien, Celse]; avant 1585 Paré : enterocele [gr. , Galien, Celse]; enteroepiplocele [gr. , Galien]; epiplocele [gr. , Galien]; pneumatocele [gr. , Paul Aeginete]. Dans le texte qui suit, où figurent nombre de ces emprunts, hydrophysocele et physocele semblent être des créations de Paré (Œuvres, VIII, 14, Des Tumeurs en particulier, éd. de 1585, p. 312) : ,,ont baillé vn nom propre, tant selon le lieu où se fait telle tumeur, que selon la chose & substance qui la faict : comme quand la tumeur n'est qu'aux aines, ils ont nommé telle hargne Bubonocele, que nous disons Inguinale, ou Hargne incomplette, à cause qu'elle ne tombe dedans le scrotum ou bourse des testicules. Car lors qu'elle y descend, est complecte : & si c'est l'intestin, se nomme Enterocele, ou intestinale : fi c'est le zirbus, Epiplocele ou Zirbale : si les deux y descendent ensemble, Enteroepiplocele. Si c'est l'eau, Hydrocele ou aqueuse : si du vent, Physocele ou venteuse : & s'il y a du vent & de l'eau ensemble, comme il se fait ordinairement, prendra semblablement le nom des deux, & se nommera Hydrophysocele, c'est à dire, aqueuse & venteuse. S'il y a excroissance de chair en la substance du testicule ou autour d'iceluy, telle hargne se nommera Sarcocele ou charneuse. S'il y a veines grosses dilatees & entortillees, Cirsocele ou variqueuse. Si ce sont humeurs, la tumeur prendra le nom de l'humeur dominant, & sera dite phlegmoneuse, œdemateuse, & ainsi des autres, comme nous auons dit au chap. des Apostemes``. Le 1er terme des emprunts est d'orig. gr. sauf pour ovariocèle et varicocèle dont le 1er terme est d'orig. lat. 2. L'entrée dans les dict. Les dict. de lang. (FUR. 1690, les 3 1res éd. de l'Ac.) ne reconnaissent que hydrocele, subst. fém. En revanche, CORNEILLE 1694 donne cirsocele, subst. fém.; enterocele, subst. fém., avec dans le corps de l'article, mais non en entrée, epiplocele. FUR. 1701, qui est en fait le 1er de la série des Trév., enregistre bubonocele, subst. masc.; cirsocele, subst. masc.; enterocele, subst. fém., enteroepiplocele, subst. fém. mais non epiplocele, sarcocele, subst. masc. Ce n'est qu'avec le Trév. Suppl. 1752 que la liste s'allonge considérablement avec épiplocèle, subst. fém.; hématocèle, subst. fém., hystérocèle, subst. fém.; physocèle, subst. fém.; pneumatocèle, subst. fém.; sarcohydrocèle, subst. fém.; sarcoépiplocèle, subst. fém.; stéatocèle, subst. fém.; caricocèle, subst. masc. La 4e éd. de l'Ac. (1762), dont la préface indique qu'elle est ,,augmentée d'un très grand nombre de mots qui appartiennent, soit à la langue commune, soit aux arts et aux sciences`` prend la totalité des mots des Trév., avec leur genre, à l'exclusion des termes combinant ces composés entre eux. Bbg. DUB. Dér. 1962, p. 21.

-cèle
Élément, du grec kêlê « tumeur », entrant dans la composition de nombreux mots employés en médecine et désignant presque toujours les tumeurs formées par la hernie d'un organe. Hématocèle, hépatocèle, hydrocèle, kératocèle, lymphocèle, néphrocèle, sarcocèle, varicocèle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”